.
.

Rapport d'Activité 2017

Historique    Missions/Outils/Ressources    Statistiques    Personnel    Fonctionnement    Relations Extérieures    Projets et Perspectives

Missions, outils et ressources

Les missions

L'accompagnement en famille

Le SAIE Autrement Dit prend en charge 13 situations. La prise en charge des bénéficiaires se fait entre 0 et 18 ans, et est prolongeable jusqu'à 20 ans à la demande du jeune.

Les intervenants accompagnent l'enfant et sa famille dans les différents objectifs déterminés par le mandant. Ces objectifs sont en général les suivants :

- permettre aux enfants et aux jeunes de trouver une réponse à leurs besoins ;

- soutenir la famille dans son rôle parental ;

- réfléchir à la juste place de chacun ;

- travailler la cohérence parentale ;

- permettre à la parole de chacun d'être entendue ;

- stimuler les ressources de chacun ;

- mettre en place un réseau d'aide de première ligne.

Afin de mener notre mission au mieux, il est particulièrement important de créer une relation de confiance avec la famille et l'enfant et de partir de leur compréhension du/des problème(s) rencontré(s). Les premiers entretiens sont précieux afin de saisir depuis quand la famille rencontre des difficultés, comment ont-ils essayé de résoudre le problème, ont-ils sollicité l'aide d'autres services (non) mandatés, quelles sont les ressources sur lesquelles ils peuvent s'appuyer ? Etc.

Dans la suite du travail, les intervenants, travaillant en binôme, amènent chaque parent à travailler sur ses compétences éducatives.

Il est par ailleurs primordial de travailler avec les différents services gravitant autour des enfants (école, crèche, PMS, ONE, AMO, centre de guidance, etc.) ou de mettre en place ce réseau. En effet, ces différents acteurs ont un rôle à jouer et un impact important sur les familles. Mettre en place une bonne collaboration entre ces services et la famille, c'est garantir qu'un relais sera assuré à la fin du suivi du SAIE.

La mise en autonomie

Au début du mandat, le suivi est plus intensif et le jeune peut être vu jusqu'à deux ou trois fois par semaine. Le rythme de ces rencontres s'espace en fonction de l'évolution du jeune et de ses projets pour atteindre un minimum d'une fois par semaine.

Il s'agit, dans ce type de prise en charge, de jeunes de 16 à 18 ans, avec prolongation possible des mesures à la demande du jeune.

Le suivi se concentre à plusieurs niveaux :

- Accompagnement vers l'autonomie fonctionnelle et travail des compétences du jeune

(hygiène, alimentation, budget, etc.)

- Accompagnement vers l'autonomie affective : qui sont les personnes-ressources pour le jeune ? Qui sont les personnes inhibitrices d'une évolution positive ? Comment appréhende-t-il la solitude ? Quelles activités peuvent lui permettre de prendre du plaisir ?

- Le projet du jeune : est-il scolaire, professionnel ? S'il n'a pas de projet, il s'agit d'amener le jeune à se mettre en activité (bénévolat, stage, projet de type Solidarcité, accrochage scolaire, etc.).

- La santé : le jeune a-t-il une mutuelle ? L'orienter et l'accompagner vers un Planning

Familial, une Maison Médicale, etc.

Les outils

L'équipe pédagogique est attentive à utiliser des outils variés, créatifs, adaptés aux besoins et capacités des familles et aux objectifs à atteindre. De manière générale, nous nous situons dans l'approche systémique et nous utilisons des objets flottants comme les sculptures humaines, les mannequins en bois, le photo-langage, les carte du jeu Dixit, etc.
Comment favoriser l'expression des familles afin qu'elles soient plus à l'aise dans le langage non-verbal ou bien dans les mots ? C'est une question à laquelle nous sommes attentifs.

De plus, dans notre travail d'équipe, nous appréhendons des outils d'intelligence collective que nous souhaitons utiliser dans nos suivis en famille. Ceci dans le but de stimuler les ressources des familles, de ne pas arriver avec nos propres solutions mais que les familles créent les leurs, celles qu'elles sont capables d'appliquer. Ces outils permettent également de favoriser à ce que la parole de chacun soit entendue et puisse prendre sa place dans le système familial.

Les ressources

Ainsi, nous nous appuyons sur l'ensemble des outils précités afin de mettre en évidence les ressources déjà présentes au sein de la famille, parfois à affiner, et celles qui peuvent naître durant le mandat. L'objectif principal étant de partir de ce que la famille possède déjà comme richesse et lui permettre d'en développer d'autres qui soient en accord avec le fonctionnement familial et celui de chacun individuellement. Dans les cas où certaines ressources intrafamiliales semblent contradictoires, le travail portera sur la manière dont il est possible de les rendre complémentaires et ainsi soutenir la diversité cohérente, présente au sein de chaque système. Cela nous rappelle qu'il est primordial d'avoir des avis et compétences différents afin de ne pas être confondu avec le système et qu'être d'un autre avis ou apporter d'autres pistes de résolution d'un problème ne signifie pas la rupture du lien.

C'est de cette même façon que fonctionne l'équipe. Multiplier les points de vue, compétences, savoirs, créativités, débats, etc., afin d'enrichir et nourrir notre pratique quotidienne. Chacun possède des ressources spécifiques et, une fois mises en écho avec les ressources des autres, elles s'amplifient et en amènent de nouvelles.

La co-intervention ainsi que l'horizontalité de l'équipe, quant à elles, en sont les fondements- mêmes. Elles permettent un mouvement continu de réflexions, remises en questions et mises au travail tant du travailleur que du fonctionnement de l'équipe pluridisciplinaire.

Plus spécifiquement, l'équipe fonctionnant en co-intervention, se base essentiellement sur des outils d'intelligence collective (6 chapeaux de Bono par exemple). Ces deux principes favorisent grandement l'émergence de ressources inter/intra-personnelles. De manière générale, les outils d'intelligence collective structurent la pensée et permettent de déconstruire son cheminement étapes par étapes. En découle un nombre important de réflexions et hypothèses de travail pour l'équipe et auprès de chaque travailleur individuellement.

D'autres méthodes sont utilisées en équipe et/ou en famille également, telles que la communication non violente, la découverte et l'utilisation de nouveaux outils. Pour citer un exemple concret, l'équipe s'est récemment intéressée à l'utilisation des objets symboliques. Ces objets ayant comme particularité d'aider l'enfant à se rappeler de choses importantes pour lui, c'est un objet sur lequel il peut s'appuyer quand il doute, quand il n'est plus très sûr de lui ou des autres. Un objet symbolique est la preuve « physique » dans la vie d'un enfant de concepts ou de paroles parfois difficiles à appréhender pour lui.

Un autre outil utilisé lors de suivi, se centre sur la réflexion et l'attention portée au passage de la fin du suivi, à soigner tout particulièrement. C'est ce qu'on nomme "les au revoirs", constituant un temps propre lors d'une dernière rencontre, à vivre lors de la fin du suivi.

Enfin, dans le travail avec les familles, certains de ces outils permettent une mise au travail qui se veut toujours respectueuse, centrée sur leur ressources et rendant actrices les personnes rencontrées avant tout, comme explicité ci-dessus.

En démontre le processus de rencontre de chaque famille ou jeune, commençant par un rendez-vous d'admission suivi des premiers entretiens durant lesquels une charte est lue et signée mutuellement par la famille et les intervenants sociaux. Ces différents temps de rencontre et supports dessinent doucement l'orientation du futur suivi qui se veut transparent, dans un lien de confiance et porteur d'une alliance active et créative. Deux chartes spécifiques, selon que l'on s'adresse à un adulte ou un jeune, ont été créés.

La place de la parole des bénéficiaires est essentielle, c'est pourquoi nous avons élaboré un guide d'évaluation du suivi qui se veut le plus ouvert et dynamique possible. L'objectif étant l'ouverture au dialogue portant sur la façon dont la famille a compris, ressenti et pu s'approprier le suivi. Un guide d'évaluation spécifique est proposé selon que l'on s'adresse à un adulte ou un enfant. De plus il est structuré en deux phases, la première se déroule lors d'un entretien vers la fin du suivi en présence de la famille et des intervenants de la situation.

La deuxième, quant à elle, se déroule un mois plus tard et propose un second rendez-vous en présence de la famille et d'autres intervenants permettant une parole plus libérée car non adressée directement aux personnes ayant effectué le suivi.

Ensuite, un temps ultérieur portera sur l'analyse de la parole des « principaux intéressés » afin de faire avancer nos pratiques et s'ajuster le plus possible aux besoins de nos bénéficiaires.

Dans cette même mouvance, il est proposé aux travailleurs de réfléchir quant à leur travail, leur formation, le travail en équipe, en co-intervention, la gestion de l'ASBL, etc., via un processus d'appréciation visant à interroger la pratique professionnelle du travailleur ainsi que ses possibilités d'évolution. Cette appréciation est proposée une fois par an pour tout travailleur fixe et lors de chaque fin de contrat ou renouvellement de celui-ci pour les travailleurs sous contrat à durée déterminée.

Enfin, à un autre niveau encore, la SAIE Autrement Dit est actuellement en réflexion sur la place qu'il voudrait laisser aux bénéficiaires dans la participation aux conseils pédagogiques ainsi que le relais de leurs paroles lors des Assemblées Générales notamment. L'équipe étant convaincue qu'il n'existe pas meilleur expert de la pratique quotidienne du service que les personnes rencontrées dans les multiples suivis. L'objectif ultime serait que les bénéficiaires puissent être entendus et participent aux diverses réflexions, et ce à chaque étape du processus.