Dixit : quand un jeu de société se fait outil socio-éducatif

28/02/2019

Dixit est au départ un jeu de société créé en 2008 et édité par la société Libellud. Le jeu se compose de 84 cartes illustrées et sans texte, toutes strictement différentes. En plus du jeu de base, il existe plusieurs extensions de 84 cartes également. Les règles premièrement établies pour le jeu sont très simples : chaque joueur reçoit six cartes et tour à tour, chacun se fait conteur aux autres. Le but du jeu étant de deviner quelle carte est "racontée" par le conteur en se basant sur celles que l'on possède. À partir de là, on peut gagner des points etc. Il se caractérise par le jeu fait autour de représentations que chacun peut se faire à partir d'une même image, son atmosphère onirique et l'originalité ainsi que la richesse de ses illustrations. Il permet avant toute chose de créer du lien entre les joueurs et d'apprendre à se connaître un peu plus.

Ce que nous remarquons d'emblée est l'accent mis sur le visuel, les cartes ne comportent pas de texte et sont illustrées ; elles ouvrent donc le champ des subjectivités et des interprétations. De plus, la règle principale du jeu fait des participants des conteurs ; il s'agit bien ici de raconter et d'une certaine manière de se raconter. Nous observons donc une base fertile à l'exploitation de ce jeu dans d'autres domaine que le ludique.

Un outil d'intervention systémique

C'est ainsi que, très vite, le jeu fut adopté par les travailleurs issus du monde psychosocial et est utilisé sous des formes et avec des buts très variés. Il n'est pas rare de trouver aujourd'hui le Dixit dans la boite à outils des travailleurs sociaux. Dans le cas d'Autrement Dit, il peut aussi bien être utilisé en individuel, dans le travail en famille, en équipe (entre les travailleurs) ou même dans des groupes d'adolescents. Sa variabilité d'utilisation en constitue la première richesse ; la seconde concerne la possibilité infinie qu'ouvre chaque extension ainsi que le fait que chaque carte possède son univers particulier et ses nombreuses thématiques potentiellement abordables. Tout est affaire de subjectivité et de respect de l'autre via l'utilisation de règles simples mais essentielles.

À Autrement Dit, Dixit est d'abord un média. Il est un support à la parole (sur soi, ses émotions, ses affects), il en favorise la liberté, la libération en se basant sur l'imaginaire, la rêverie et la symbolisation. C'est un média qui permet d'échanger en quasi situation de jeu et cet échange à partir des cartes fait émerger des thèmes dont il est possible de se saisir et de poser en base de travail.

Polysémie et polyvalence

À l'instar d'autres outils faisant références aux objets flottants, le Dixit a la particularité de pouvoir être utilisé dans des contextes particuliers variés et n'a donc pas une seule façon d'être proposé et utilisé. À Autrement Dit, le Dixit est autant utilisé entre les travailleurs (pendant une réunion par exemple) qu'avec les bénéficiaires. Dans tous les cas il s'agit à chaque fois de moments de choix et d'échanges autour des cartes. Les travailleurs ne sont donc pas seulement là pour rassurer l'autre et l'encourager dans le développement de la parole à partir de ce média mais bien pour s'engager et prêter leurs appareils à penser, leurs représentations dans chaque suivi. Il est d'ailleurs tout autant intéressant de prêter attention à ce que les bénéficiaires disent mais aussi à ce que chaque travailleur découvre de lui-même et de ses collègues également. C'est un outil qui sert à tous.

Concrètement, à partir d'une question posée, d'hypothèses présentes ou de thématiques à aborder (vécu - affects - émotions - conflits - positions - relations - rôles - lieux précis (école, maison, ...)), l'utilisation du Dixit peut être proposée (en famille, en individuel ou encore en équipe). Il peut, par exemple, être utilisé comme "météo" ; les cartes sont étalées faces visibles et chacun prend le temps d'en choisir une, en silence, sans la désigner (afin de laisser l'entièreté du choix, de ne pas influencer celui des autres). L'échange et le dialogue peuvent alors se construire à partir de ce choix. Des questions peuvent être posées par tous au sujet de chacun tout en respectant que la possibilité de ne pas s'exprimer est un choix à part entière. Il s'agit ici d'un exemple simple parmi la multitude d'utilisations possibles.

On citera rapidement d'autres exemples d'utilisations comme le défilement des cartes - qui est une méthode qui consiste à remplacer l'étalement des cartes par le défilement de celles-ci une à une - ce qui amène un choix plus spontané. Le questionnement croisé consiste à faire s'exprimer les uns sur les choix des autres ("pourquoi penses-tu qu'il ait choisi cette carte?). Il est également envisageable d'opérer le choix d'une carte face cachée afin de créer encore un peu plus de surprises et d'ouvrir davantage le champ des possibles à partir d'une carte "non-choisie".

À Autrement Dit, l'utilisation conjointe du Dixit avec d'autres outils est une approche qui parle de plus plus à l'ensemble de l'équipe. À titre d'exemple, il pourrait y avoir du sens à utiliser le Dixit conjointement avec l'élaboration d'un génogramme, d'un jeu de l'oie ou d'une ligne du temps. Dans la pratique, le Dixit est le plus souvent utilisé seul mais on tend de plus en plus à l'utiliser avec d'autres outils tant la pluralité des méthodes fait sens au vu de la complexité et la richesse des personnes.

De cette polysémie des images et de la polyvalence d'utilisation du jeu découle un constat : il n'y a pas vraiment de mode d'emploi pour le Dixit. Il faut cependant s'assurer d'avoir mis en place au préalable un contexte suffisamment sécurisant pour proposer ce type d'outil (la manière de le présenter est en ce sens tout aussi essentielle). Dans le contexte socio-éducatif qui est le nôtre, il ne s'agit pas d'un jeu (même si l'on peut y prendre du plaisir) ; ce n'est pas non-plus un test que l'on peut analyser et interpréter selon une grille de lecture précise. Il est primordial de rassurer quant à son utilisation et d'en expliquer sa nature d'outil permettant d'ouvrir le dialogue et d'approfondir la pensée autour de cartes. Il n'y a ni bonne, ni mauvaise réponse et la créativité de l'intervenant est mise à contribution et nécessaire afin de libérer au maximum le potentiel de l'outil.

Avantages et inconvénients

L'atout principal du Dixit est sont adaptabilité. Il est multiforme et amène toujours des surprises, des nouvelles pistes et d'autres ouvertures. Visuellement plaisant, sa portée métaphorique permet d'utiliser au maximum la polysémie des images. Il permet de parler, de faire parler, de soi, de l'autre, du rapport de soi à l'autre ou encore de thématiques spécifiques de manière affranchie au maximum de toutes prénotions inhérentes aux différentes postures (intervenants vs bénéficiaires, direction vs employés, etc.).

Il n'y a donc pas véritablement de désavantages ou d'inconvénients véritables qui proviendraient de la nature même de ce jeu de cartes. Mais il faut toutefois insister sur les risques et biais d'une utilisation systématique et cloisonnée. Il ne doit jamais prendre la place des échanges entre les personnes car il est avant toute chose un support qui ne doit pas être utilisé par défaut ; on restera donc attentif à ce qu'il ne remplace jamais la parole elle-même. Son utilisation doit être réfléchie en amont tout en gardant sa part de spontanéité et surprise une fois que "la partie" est lancée.

Les seules limites du Dixit seraient donc justement de se limiter, d'en faire un dogme exclusif d'autres alternatives ; il se nourrit avant tout de l'imagination et de la créativité de tous, tout en se gardant de toutes interprétations sauvages car au-delà de ce que représente la carte, c'est d'abord et toujours ce que la personne peut en dire qui importe.

Le Dixit permet en outre de débloquer des situations. On peut l'utiliser lorsque l'on sent par exemple que certaines thématiques vont être difficiles à aborder frontalement, que l'utilisation de la parole libre de tout support paraît compliquée ou encore lorsqu'il y a un blocage dans la réflexion. Dans le cadre d'un travail avec les bénéficiaires, il apparaît prudent d'éviter l'utilisation du Dixit d'emblée, au début de la rencontre ; de même, si un bénéficiaire se plaint de ne pas avoir été à l'aise avec le jeu après une première utilisation de l'outil, il serait contre-productif de continuer dans cette voie.

Enfin, et pour conclure, soulignons que l'utilisation du Dixit n'a pas vraiment de restriction à priori en terme de public ; il peut être utilisé aussi bien avec des adultes, des adolescents ou des enfants.


C'est un espace de rencontre et d'échange dans lequel on ne sait jamais ce qui va naître, mais on s'y plonge avec la certitude qu'il va se passer quelque chose, en ressortir des éléments d'une richesse précieuse pour la suite du travail »

Témoignage d'une intervenante sociale du SAse Autrement Dit


Pour aller plus loin sur le Dixit :

cliquer ici pour avoir accès à une étude du CEFORD concernant l'intérêt pédagogique du jeu

cliquer ici pour avoir accès à un article complet à propos de son utilisation par le COE Sairso

cliquer ici pour visionner un court reportage sur l'utilisation pédagogique du jeu