Les six chapeaux

06/04/2018

Les 6 chapeaux, un outil pour favoriser la coopération, la créativité et la participation de tous.

Pourquoi utilise-t-on les 6 Chapeaux d'Edward de Bono à Autrement Dit ? Fonctionnant en gouvernance partagée, toutes les facettes du travail du service sont discutés par l'ensemble des travailleurs. Certains sujets, lorsqu'ils sont amenés en réunion, apparaissent complexes et pourvus d'une multitude d'aspects dont il faut tenir compte. Entre ceux qui voient directement les risques et ceux qui s'enthousiasment immédiatement, on arrive rapidement a des postures figées et stigmatisantes. Les réunions peuvent alors se prolonger sans trouver de réelle issue.

Pour Edward de Bono, un chapeau est un mode de pensée et tous les modes de pensées sont utiles et nécessaires. Il en distingue ainsi 6 qui disposent chacun de sa propre couleur. Dans le chapeau blanc on exprime les faits de manières neutres, dans le rouge les émotions, le bleu est celui de l'organisation de la pensée, le jaune est réservé à la critique positive tandis que le noir la critique négative. Enfin, le chapeau vert est celui de la créativité. Ce découpage permet d'éviter d'avoir tous ces modes de pensées actifs en même temps et ainsi de voir plus clair dans le processus de résolution de problème ; en outre, il permet d'obtenir l'adhésion de tous pour la solution finalement dégagée.

Cette méthode permet également de sortir des rôles qu'on s'impose ou imposés de l'extérieur. Par exemple, celui qui est un éternel enthousiaste (rôle assumé) se verra souvent repris par celui qui voit d'abord les risques. Ce dernier pouvant se sentir seul dans le groupe à anticiper et appréhender les dangers d'une décision trop naïve ou hâtive serait alors de facto coincé dans le rôle du rabat-joie. Il en va de même pour celui qui a tendance à réagir au quart de tour, de manière émotionnelle ; celui-là porte les stigmates négatifs (manque de recul, manque de rationalité, etc.) liés à cette perception qu'il donne à voir dans ses prises de paroles. L'utilisation des 6 Chapeaux permet aussi au créatif de s'exprimer librement lorsqu'on en viendra au tour du chapeau vert. Il ne sera pas frustré de ne pouvoir partager une pensée qui sera jugée directement comme irréalisable par l'un ou l'autre participant à la discussion. Pour terminer avec ces illustrations, citons le cas du chapeau noir qui force tout le monde à aborder les risques et les craintes d'une action et permet à celui qui est vu comme le rabat-joie de partager ce rôle avec les différents membres du groupe. À travers ces quelques exemples, nous constatons que le découpage en différents modes de pensées facilite le déroulement d'une discussion sereine où chacun se sent écouté et peut s'exprimer de manière libre et apaisée. Enfin, le fonctionnement en tours de parole ainsi balisés apporte un cadre aux discussions et évite de tomber dans des débats "ping-pong" chronophages et peu efficients.

À Autrement Dit, nous constatons que cette façon de faire peut prendre du temps et nous la réservons donc pour les questions complexes. En effet, prendre le temps de laisser chacun s'exprimer sur un sujet dans six modes de pensées différentes peut apparaître comme un long processus dont on ne voit immédiatement l'utilité. Cependant, le temps passer à cet exercice se déroule surtout en amont de l'action à entreprendre (les informations rassemblées ne sont que le point de départ de l'action qui va suivre) ; en d'autres termes, une fois ce processus terminé et puis une décision choisie, il n'y a plus qu'à dérouler les actions à entreprendre et partager les différentes tâches qui y sont liées. Ceci constitue alors un véritable gain de temps dans l'exécution (puisqu'on a été au fond des choses en amont), une diminution totale ou presque des tensions et frustrations (puisque tout le monde s'est senti écouté) et donc une adhésion de chacun. Enfin, et puisque toute médaille à son revers, notons que ce processus de récolte d'information est si riche qu'il est parfois difficile de synthétiser tout ce qui a été glané. Mais ceci ne devrait jamais constituer un frein à l'utilisation de cette méthode car il est généralement préférable d'avoir trop de bonnes idées que l'inverse ; trier au sein d'une matière riche est toujours plus profitable et confortable que d'inventer, rechercher, forcer, bricoler...

Pour conclure, nous pouvons affirmer sans prendre de risque que l'utilisation des 6 Chapeaux permet :

- de maximiser une collaboration productive ;

- de minimiser les interactions et comportements contre-productifs ;

- de prendre en considération les problèmes, décisions et opportunités de manière systématique ;

- de rendre les réunions plus productives ;

- de réduire les conflits parmi les participants des réunions ;

- de stimuler l'innovation ;

- d'aller au-delà de l'évidence pour découvrir des solutions alternatives efficaces ;

- de pointer les opportunités là où on a tendance à ne voir que des problèmes ;

- de penser clairement et de manière objective ;

- d'appréhender les problèmes sous des angles nouveaux et inhabituels ;

- de faire des évaluations approfondies ;

- de percevoir tous les aspects d'une situation ;

- de tenir les egos en respect ;

- d'atteindre des résultats importants et significatifs pour tous.